•  

    Je Suis Barcelone

     



    Hier a Barcelone un nouvel attentat dans l’après midi
    A eu lieu dans le quartier touristique Las Ramblas
    Puis dans la nuit un autre drame sur Cambrils a surgi
    Même genre d'attaque, un véhicule fonce sur les gens qui passent

     

     

     


    3 commentaires
  •  

     

    La Petite Maison Dans La Prairie

     



    Entre Colombey Les Belles et Domremy La Pucelle
    J'ai pris cette photographie de la belle nature lorraine
    Vous voyez un petit local, un hangar dans la plaine
    C'est pour le fermier de ces lieux et son cheptel

     

     


    7 commentaires
  •  

    Pause Blog Pour Ce Weekend D'Assomption

     


  •  

    Gonzague Saint Bris

     

     

    Le monde des Médias est gris d'une disparition, aujourd'hui
    Gonzague Saint Bris s'en est allé hier d'un accident de voiture
    Écrivain et journaliste, souvent interrogé sur la vie politique, la Culture
    Ainsi que sur l'Histoire qui ont fait, font, feront notre pays

     

     

     


    5 commentaires
  •  

    Jeanne Moreau

     

     

    Un peu en retard pour évoquer sa mort du 31 juillet
    Je rends un hommage a Dame Jeanne Moreau
    Grande figure française, internationale du cinéma et de la variété
    Pour de grands rôles, des jolies mélodies, adieu Jeanne, merci et bravo

     

     

     


    2 commentaires
  •  

    Nude Petanque

     

     

    Cette photographie que je vous présente ici
    J'en ai fait un scanner quand je la vis
    Dans un livre anglais caustique sur les Français
    "Talk To The Sails" (Parler Aux Escargots) en est le titre proposé

    Voici ma traduction cool
    Du Texte sous cette image grivoise
    Pour ceux qui ne comprennent pas l'anglais
    Dans ce cocasse aperçu

    Pétanque nue,
    Un jeu français
    Qui donne un tout nouveau sens à la phrase
    "Jouer avec vos boules"

     

     

     

     


    13 commentaires
  •  

     

     

     

    Au moment où commence l'histoire, Madame séjournait encore à l'hôpital, Monsieur, après avoir travaillé la nuit au Casino, rentre à 8 heures 30 le matin pour se coucher et bien dormir sa journée.

    Mais ce jour ne sera pas celui de son repos quotidien, il a a faire, il a affaire

     

    Monsieur s'agite, remue, s'affole, il devait vite nettoyer l'appartement.

    Pourquoi cette hâte ? Pourquoi aujourd'hui ?

    Surtout qu'il n'est pas du tout homme de ménage, son épouse, elle, c'est la femme des ménages.

     

    À 10 h 30 des ouvriers venaient installer une nouvelle chaudière,

    il ne fallait pas qu'ils puissent voir le désordre qui régnait dans l'appartement, désordre qui est le principal sujet des maintes disputes dans leur couple : Madame estime que l'appartement n'est pas du tout sens dessus-dessous, elle fait de son mieux pour le rendre convenable. Monsieur, lui, estime qu'il y a toujours quelque chose qui traîne, rien n'est rangé ou à sa place dans cet appartement, il passe son temps à remettre les choses en place ou à les changer de place. Madame devait cacher un magot.

     

    Monsieur donc, commença le nettoyage plein d'ardeur, d'humeur avec cette petite idée dans la tête. Une énorme poutre venait de se loger dans son appartement lui qui était toujours le premier à voir la paille dans l'oeil du voisin. Avec l'humeur d'un nettoyeur en ce doux matin d'avril, il nettoyait comme il ne l'avait jamais fait auparavant. Il retournait tout de la cuisine au salon.

     

    Que cherchait-il ?

    Il s'imaginait trouver peut-être un trésor.

    Les ouvriers auraient intérêt de bien noter la propreté des lieux.

    Sous l'évier

    il trouva des éponges, une serpière et le fameux produit miracle que sa Dame utilise pour nettoyer les lavabos, laver le sol, lustrer ...

     

    Midi sonna à la pendule du salon,

    il avait été tellement absorbé dans son remue-ménage de printemps qu'il ne s'aperçut pas du temps qui avait passé.

     

     

    Mais où étaient les ouvriers ?

     

     

    Essoufflé et perplexe, il téléphona à sa femme à propos de l'installation de la chaudière,

    elle lui confirma qu'elle sera installée le 11 mai ...

     

     

     

    Abattu, il s'écroula dans le fauteuil du salon.

    Il venait de réaliser qu'il s'était trompé d'un mois.

     

     

     


    7 commentaires
  •  

     

     

     

     

    Une nuit, une belle, agréable, sainte, douce nuit elle décida de déménager sa chambre car elle voulait paraître bien : elle voulait que toute sa chambre fût nette, fût propre pour le cas où le visiteur vienne soudainement ...

    plus rien n’avait vraiment d’importance : elle déménageait.

     

     

     

    Sa mère dormant près d’elle venait d’avoir un malaise, un mal étrange qu'un docteur devait diagnostiquer et définir. En dehors des crises sa mère était en bonne santé ne paraissant nullement malade, rien n'avait été découvert, ce mal ne pouvait donc qu'être discerné durant une crise. Il fallait téléphoner au médecin dès que le malaise apparaissait pour qu'il ait le temps de venir le constater (le docteur était un voisin). Elle ne l'avait pas encore appelé mais faisait plutôt place nette avant qu'il n'arrivât. La pauvre malade tremblait, se gigotait dans tous les sens, inconsciente, elle aussi à sa façon commença à déménager.

     

     

     

    Le docteur qui allait entrer dans la chambre verrait le désordre. Elle déménageait. La pièce allait être propre, belle, d'agréable apparence. Des tas, des tonnes de vêtements se promenaient de la chambre vers le salon, des vêtements qu’elle avait emmagasiné on ne sait pourquoi ? Un stock d’habits qu’elle avait engrangé un jour, ou une nuit peut-être ?

    Le docteur sera interdit de salon, interdit au nouvel hangar de vêtements.

     

     

     

    Dans ce mal aise, il se réveilla et, à demi-endormi, il vit à travers la porte entr'ouverte de sa chambre un portant rempli de vêtements qui roulait dans le couloir, et une petite tête qui en dépassait. Il crut apercevoir un cambrioleur qui déménageait leur appartement. Il était bien camouflé dans les draps, le voleur n'avait pas vu qu'il était là, dans sa chambre d’enfant de bonne famille, il courut alors chercher la carabine de son père dissimulée sous son armoire : il ne tira qu'un seul coup avec la vieille carabine mais il réussit à abattre le voleur ... il découvrit qu’il venait de tirer sur sa déménageuse de mère, et que grand-mère venait encore d’avoir un malaise.

     

    Il ne put jamais comprendre pourquoi maman déménageait ses vêtements en plein milieu de la nuit pendant que mamie faisait un malaise.

     

     

     

    Trois semaines d’hôpital et voilà notre déménageuse en pleine forme, à nouveau de belle apparence, elle n'avait été touchée qu'à l’épaule par son maladroit de fils. Et le père dans tout ça. Il est vrai que je ne vous en ai pas beaucoup parler du père, si présent tout en étant à la fois absent.

     

     

     

    Et bien, le père, lui, il nettoyait ...

     

     

    ................................ A SUIVRE

     

     

     


    9 commentaires
  •  

    Au Secours

     



    Faire l'aventurier et vouloir s'essayer a des moments de sensation
    Vivre des péripéties et des exploits tel un sportif ou un héros
    Que l'on se sent être soudain alors qu'on vit tranquille a la maison
    Peut parfois faire venir la peur et totalement bloquer l'ego

     

     

     


    11 commentaires
  •  

    Niagara Falls, USA Canada 01

     

    Niagara Falls, USA Canada 02

     

     

     


    7 commentaires
  •  ET UNE SUITE A MON COWBOY SOLITAIRE

    LA POESIE SUR LA DEMOISELLE ENFUIE

    (COMMENCEE A ETRE ECRITE HIER APRES MIDI, TERMINEE CE MATIN)

     

     




    La Cow-Girl est seule ce soir
    Après une nuit d'amour
    Elle est partie au petit matin
    Vers d'autres aventures
    La Cow-Girl n'a pas vu la mesure
    De cette passion qui lui vient
    Elle a préféré s'enfuir ce jour
    En plein orage elle se gâche l'espoir



    L'aube ou elle s'en est allée
    Fut une journée de pluie
    De désespoir pour les deux amants
    D'un seul nocturne bonheur
    Il lui a fallu partir vers l'horizon prometteur
    L'orage qui avait grondé longuement
    Ne put laver le souvenir du Cow-Boy qu'elle a chéri
    Laissant une trace indélébile au cœur de la belle aimée

    Triste désormais sans son héros elle part
    Vers sa petite maison dans la prairie
    Droit devant cet immense Ouest ou elle fera son avenir
    Essayant de retrouver une joie, un plaisir qu'elle sait vains
    Dans quelle ville, quelle région ira t elle prendre son chagrin
    Quel site finalement se choisir pour y vivre sans cet amant de loisir
     Mais pourquoi ne reste t elle pas avec lui ?
    Pourquoi l'abandonner après cette seule nuit d’écart

    Elle ne veut pas d'attaches charnelles a une vie d'habitude
    Elle se veut libre et s'en va des qu'elle a reçu sa grâce
    Elle part solitaire vers d'incertaines aventures
    Sans se laisser aller aux lendemains heureux des amants fidèles
    L'orage du matin qui a grondé longuement trempait la demoiselle
    Lui laissant la trace méchante d'une plaie a son cœur dur
    L'atmosphère n'est plus a la joie ni aux sourires, elle se glace
    La vie continuera cruellement loin de ces amours et leurs turpitudes

     

      La Cow-Girl sera seule ce soir
    Après une nuit d'amour
    Elle partira au petit matin
    Laissant son amant en blessure
    La Cow-Girl n'a pas fait la mesure
    Des passions de celui qui lui vient
    Elle préfère s'enfuir au levé du jour
    En amour, elle se gâche l'espoir

     

     

     


    7 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires