•  

    Touche Publicitaire

     



    Les publicités dans nos villes
    Ont souvent l'humour bien joyeux
    Un effet d'optique suffit en ce lieu
    Pour s'amuser a toucher un homme tranquille

     

     


    10 commentaires




  • Les feuilles s'en vont au vent léger
    L'automne les pousse a tomber
    La Nature revêt un manteau jaune or
    Couleur du temps d'avant hiver pour la flore

    Je plonge mon esprit indéfiniment dans cette danse éternelle
    Ce tourbillon fait d'illusion et de chimères
    Devant le seuil des portes se pose le feuillage éphémère
    La pauvre nature tombée là attend qu'on ramasse à la pelle

    Fenêtre d'Automne qui s'ouvre sur bois et jardins
    Tes arbres comme autant de centenaires étiques
    Vivent leurs derniers souffles fantastiques
    Miroirs de l’été et du printemps perdus pour demain

    Laissez la flore s'en aller, c'est son temps qui passe
    Sa sève qui gouverne sa splendeur se repose en surface
    L'Hiver passé, elle survient et s'impose sans effort
    Se renouvelle et resplendit de nouveau dans le décor

    Sous le voile léger et naissant de sa beauté saisonnière
    L'Automne enchaîne son heure par de modestes journées
    La fleur que vous sentez soupire déjà de son séjour en terre
    Elle s’évapore mais dure par les poètes, prestige littéraire à l'encenser

    Ô toute poésie, ô toute littérature qui pour les saisons
    Exaltent l'esprit de la flore dans son milieu jardinier
    Soyez peintre du monde bucolique des fleurs en toute occasion
    Ô poésie de ton âme certaine soit en cet automne remerciée

    Les feuilles s'envolent au vent fort
    L'automne les pousse encore et encore
    La Nature revêt son manteau jaune doré
    Couleur du temps en attente de l'hiver annoncé

     

     


    9 commentaires
  •  

    Antivols

     



    Se faire voler son vélocipède
    Est une des tragédies de la ville jolie
    Les cyclistes sont obligés de se trouver une aide
    Un dispositif de sureté pour se rassurer l'esprit
    Mais là vraiment c'est trop de paranoïa
    Quelle perte de temps vous allez éprouver
    Après avoir les bonnes clefs trouvées
    Pour fermer et ouvrir les cadenas

     

     

     


    7 commentaires




  • Tel l'amant aimé, quittant sa maîtresse
    Se sentant mourir de laisser cet amour jubilatoire
    Et sur le visage de l'aimée ne pose qu'une larme dérisoire
    Se perdant triste dans l'effluve de ces moments qui le blessent


    Me voilà aussi perdu plein de candeur dans tes nuits étoilées
    Sous un masque froid mon âme rêve en espérant l’émoi
    Bel ange aux yeux d'azur, aux paupières voilées
    Mes beaux songes déçus, mes illusions vaines restent à toi


    Toi qui porte ta vie ailleurs, ô toi qui fus ma vie
    O toi qui va chercher d'autres lieux, et me laisse l'ennui
    L'angoisse et le bonheur sont là dans une vision si éphémère
    Dans la félicité de mon vain monde je désespère


    Frappé au flanc par un douloureux et mystérieux appel
    Qui répand le sang pâle et triste d'un vieil amour passé
    Une promesse donnée qui fut une fuite éternelle
    Mystifiant mon exaltante rêverie, mon érotique pensée


    Mes mots d'amour inventés de nos soirs de passion incertaine
    Tes lèvres qui m'effleuraient sans laisser de leur velours
    Ton âme exquise qui parfois osait une caresse à peine
    Rien ne pouvait révéler de longues étreintes pour toujours


    Au loin, monte une brume tel un mirage presque effacé
    Je ne vois, par la fenêtre, que la nature belle et sereine
    L'environnement me fait le bien que toi tu m'interdis, ma reine
    Les brûlures de ma passion, ton refus me feront le poème ici couché


    Tel l'amant aimé, quittant sa maîtresse
    Se sent mourir de laisser la dame loin de sa passion
    Sur son visage ne posera qu'un baiser en partant a l'horizon
    Je me perds triste dans l'effluve de ces moments qui me blessent

     

     

     


    9 commentaires
  •  

    Hanging Lake, Glenwood Canyon, Colorado, USA

     

     

     

     


    7 commentaires
  •  

     Pratiques Toilettes

     




    L'architecte décorateur de ce logis a eu une excellente idée
    De ne pas permettre aux habitants l’accès au papier toilette
    Au même endroit que notre indispensable et nécessaire cuvette
    Le jour ou il exprima sa fantaisie il ne fallait pas le faire chier

     

     

     

     


    11 commentaires
  •  

    Lac Bachsee Avec Montagnes Wetterhorn Et Schreckhorn, Switzerland

     

     

     


    14 commentaires
  •  

     

     

    L'alcool me rend fou de l'esprit,
    Toute mon âme de toi se languit
    Ce verre est-il donc si maudit,
    Qu'il m'apporte une vision de toi ici ?

    Je tremble quand tu n'es point là sur le lit
    Sans ton réconfort le froid s'attaque à moi, je crie
    Et pétri, un songe que j'ai de toi me poursuit
    De jour en jour par l'alcool je crois à ma dernière nuit.

    Je soupire de ne pas être à toi en tendresse
    Dans la chaleur, au creux de tes bras quand je t'adresse
    Ce pouvoir qui fait tout et donne l'émoi sans cesse

    Toi, mon amoureuse aux tendres caresses
    Oh toi, l'ange de ma passion et de cette ivresse
    Je voudrais que tu m'aimes avec hardiesse

     

     

     

     


    5 commentaires
  •  

    Abri Animal

     



    L'avantage avec des petits animaux
    C'est qu'une simple noix de coco
    Peut devenir un abri bien a propos
    Et nous permet de sourire de la photo

     

     

     


    12 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires