• Tel l'amant aimé, quittant sa maîtresse
    Se sentant mourir de laisser cet amour jubilatoire
    Et sur le visage de l'aimée ne pose qu'une larme dérisoire
    Se perdant triste dans l'effluve de ces moments qui le blessent


    Me voilà aussi perdu plein de candeur dans tes nuits étoilées
    Sous un masque froid mon âme rêve en espérant l’émoi
    Bel ange aux yeux d'azur, aux paupières voilées
    Mes beaux songes déçus, mes illusions vaines restent à toi


    Toi qui porte ta vie ailleurs, ô toi qui fus ma vie
    O toi qui va chercher d'autres lieux, et me laisse l'ennui
    L'angoisse et le bonheur sont là dans une vision si éphémère
    Dans la félicité de mon vain monde je désespère


    Frappé au flanc par un douloureux et mystérieux appel
    Qui répand le sang pâle et triste d'un vieil amour passé
    Une promesse donnée qui fut une fuite éternelle
    Mystifiant mon exaltante rêverie, mon érotique pensée


    Mes mots d'amour inventés de nos soirs de passion incertaine
    Tes lèvres qui m'effleuraient sans laisser de leur velours
    Ton âme exquise qui parfois osait une caresse à peine
    Rien ne pouvait révéler de longues étreintes pour toujours


    Au loin, monte une brume tel un mirage presque effacé
    Je ne vois, par la fenêtre, que la nature belle et sereine
    L'environnement me fait le bien que toi tu m'interdis, ma reine
    Les brûlures de ma passion, ton refus me feront le poème ici couché


    Tel l'amant aimé, quittant sa maîtresse
    Se sent mourir de laisser la dame loin de sa passion
    Sur son visage ne posera qu'un baiser en partant a l'horizon
    Je me perds triste dans l'effluve de ces moments qui me blessent

     

     

     


    7 commentaires
  •  

     

     

    L'alcool me rend fou de l'esprit,
    Toute mon âme de toi se languit
    Ce verre est-il donc si maudit,
    Qu'il m'apporte une vision de toi ici ?

    Je tremble quand tu n'es point là sur le lit
    Sans ton réconfort le froid s'attaque à moi, je crie
    Et pétri, un songe que j'ai de toi me poursuit
    De jour en jour par l'alcool je crois à ma dernière nuit.

    Je soupire de ne pas être à toi en tendresse
    Dans la chaleur, au creux de tes bras quand je t'adresse
    Ce pouvoir qui fait tout et donne l'émoi sans cesse

    Toi, mon amoureuse aux tendres caresses
    Oh toi, l'ange de ma passion et de cette ivresse
    Je voudrais que tu m'aimes avec hardiesse

     

     

     

     


    4 commentaires
  •  




    Brumeuse affaire que tu me proposes
    Brumeuses amours qu'il me faut t'ouvrir
    Le brouillard londonien n'est plus chagrin de ma cause
    L'amour qui s'approche peut etre bien plus pire

    Cherchant las, l'espace de mon accueil
    Tu as pu prétendre à mes faveurs
    Tu te croyais toute belle à mon œil
    Je ne voulais que ton affection qui se meure

    A mes amours je persisterai donc obtus
    Je ne vivrai qu'en vase clos et en amitié
    Je ne suis la girouette de personne, d'aucune entité
    Sans votre saveur ma vie ne sera pas mise à nu

    Brumeuse affaire que tu m'offres là
    Brumeuses amours a London que je prends
    Le brouillard de la ville n'est plus si bas
    Je remonte mon humeur et je cours en avant

     

     

     


    10 commentaires
  •  

     

     

    Il faut savoir resté relax
    Pour pouvoir vivre un max
    Il faut se donner du bon temps
    Respirer et souffler sur l'inconvénient
    Oublier le petit ennui
    Chasser tout ce gris
    Les nuages noirs et l'orage s'enfuient
    Avec le beau temps qui revient le soleil luit

     

    Souffle sur moi si tu le veux
    Puisque je t'ai sûrement embêté
    Je partirai au vent et te laisserai en ce lieu
    Je m'évaderai ailleurs et te reposerai
    Grenouille je suis
    Cet animal des eaux qui sur son nénuphar peut se donner
    A l'air, a la nature environnante sans souci
    Et dans l'art de la création j'ai choisi le batracien en identité

     

    C'est le petit art de la grenouille qui vient là à vous
    Retomber de ses pattes en sa mare, son étang pour tout
    Vivre des événements qui s'imposent dans sa vie
    Parfois il faut poétiser rire se moquer pour chasser le gris
    Il faut savoir rester cool
    Pour pouvoir vivre du temps qui s'écoule
    Il faut savoir profiter de la bonne heure
    Respirer et souffler un peu dans un bonheur

     

     

     

     


    9 commentaires
  •  

     

     

     

    Si mes poèmes parfois donnent de la joie
    En ces quelques moments pour vous en ces lectures
    Ce petit espace de temps jamais longtemps ne dure
    Une fois lu, tout s'efface et plus rien de moi.

    Si on me considère comme bête ou être doué
    Je ne trouve moi-même aucun vocable pour me nommer ici
    On me dit poétique génie ou piètre et si mauvais
    Qu'un grain de poussière mais je suis comme vous tout petit


    Ce que j'écris pour un moment on l'aime, on le déteste
    Je n'ai pas souvent entendu un sincère "je t'aime" qui s'élève
    Je poétise pour un semblant de bonheur atteindre même le plus modeste.
    Triste âme, je reste las d'un amour tel que j'en rêve.

     

    Si je pouvais me faire aimer de cette ardeur bienfaisante
    Que pour toujours je puisse enfin être dans un conte de fées
    Si je pouvais rencontrer cet amour puissant parmi les aimés
    Je pourrai mourir heureux, apaisé de cette passion nourrissante

     

     

     

     


    8 commentaires
  •  ET UNE SUITE A MON COWBOY SOLITAIRE

    LA POESIE SUR LA DEMOISELLE ENFUIE

    (COMMENCEE A ETRE ECRITE HIER APRES MIDI, TERMINEE CE MATIN)

     

     




    La Cow-Girl est seule ce soir
    Après une nuit d'amour
    Elle est partie au petit matin
    Vers d'autres aventures
    La Cow-Girl n'a pas vu la mesure
    De cette passion qui lui vient
    Elle a préféré s'enfuir ce jour
    En plein orage elle se gâche l'espoir



    L'aube ou elle s'en est allée
    Fut une journée de pluie
    De désespoir pour les deux amants
    D'un seul nocturne bonheur
    Il lui a fallu partir vers l'horizon prometteur
    L'orage qui avait grondé longuement
    Ne put laver le souvenir du Cow-Boy qu'elle a chéri
    Laissant une trace indélébile au cœur de la belle aimée

    Triste désormais sans son héros elle part
    Vers sa petite maison dans la prairie
    Droit devant cet immense Ouest ou elle fera son avenir
    Essayant de retrouver une joie, un plaisir qu'elle sait vains
    Dans quelle ville, quelle région ira t elle prendre son chagrin
    Quel site finalement se choisir pour y vivre sans cet amant de loisir
     Mais pourquoi ne reste t elle pas avec lui ?
    Pourquoi l'abandonner après cette seule nuit d’écart

    Elle ne veut pas d'attaches charnelles a une vie d'habitude
    Elle se veut libre et s'en va des qu'elle a reçu sa grâce
    Elle part solitaire vers d'incertaines aventures
    Sans se laisser aller aux lendemains heureux des amants fidèles
    L'orage du matin qui a grondé longuement trempait la demoiselle
    Lui laissant la trace méchante d'une plaie a son cœur dur
    L'atmosphère n'est plus a la joie ni aux sourires, elle se glace
    La vie continuera cruellement loin de ces amours et leurs turpitudes

     

      La Cow-Girl sera seule ce soir
    Après une nuit d'amour
    Elle partira au petit matin
    Laissant son amant en blessure
    La Cow-Girl n'a pas fait la mesure
    Des passions de celui qui lui vient
    Elle préfère s'enfuir au levé du jour
    En amour, elle se gâche l'espoir

     

     

     


    7 commentaires






  • Le soleil se levait malgré tout comme à l'habitude
    La vie tournait et continuait ses turpitudes
    C'était le fond de l'air qui avait radicalement changé
    L'atmosphère n'était pas de joie, un goût âpre s'abattait
    L'orage qui avait grondé longuement puis avait disparu
    Laissa la trace d'une agaçante plaie au cœur du héros nu

    Le cow-boy est las et triste désormais sans son aimée
    Il est solitaire loin de son amour depuis qu'elle s'en est allée
    Il tente par ailleurs de la retrouver et parcourt ce désert brûlant
    De tous côtés, essayant de la rattraper sans savoir où elle reste dorénavant
    Dans quelle ville, quelle région de cet immense Ouest elle a fait sa demeure ?
    Quel site finalement se choisir pour y faire battre son cœur ?

    Je ne suis qu'un cow-boy solitaire
    Qui parcourt les espaces, les déserts
    Sans jamais m'arrêter à un point précis
    Toujours à la recherche de son idéal parti
    Toujours en quête de cet amour perdu
    Sans jamais se fixer à un endroit où il n'est vu
    Je ne suis qu'un cow-boy solitaire
    Qui partira un jour de cette infinie terre
    Sans jamais avoir revu l'amour de sa vie
    Cet amour qu'il a vécu juste une nuit

    Le cow-boy est las et triste désormais sans son amour
    Il devient solitaire un peu plus que se font les jours
    Il s'entraîne par ailleurs à oublier avec quelques rencontres de passage
    Essayant de retrouver une joie, un plaisir qu'il sait de vains marivaudages
    Dans quelle ville, quelle région de cet immense Ouest l'amour a été prendre retraite ?
    Quel site finalement se choisir pour y vivre avec sa conquête ?

    Le soleil se lèvera toujours comme à l'habitude
    La vie continuera dans ses grandes turpitudes
    Si le fond de l'air a radicalement changé
    L'atmosphère n'est plus de joie et un goût âpre s'abattait
    L'orage qui avait grondé longuement a soudain disparu
    Laissant la trace d'une agaçante plaie au cœur du héros nu

    Je ne suis qu'un cow-boy solitaire
    Qui parcourt les espaces, les déserts
    Sans jamais m'arrêter à un point précis
    Toujours à la recherche de son idéal parti
    Toujours en quête de cet amour perdu
    Sans jamais se fixer à un endroit où il n'est vu
    Je ne suis qu'un cow-boy solitaire
    Qui partira un jour de cette infinie terre
    Sans jamais avoir revu l'amour de sa vie
    Cet amour qu'il a vécu juste une nuit

     

     

     

     

     


    9 commentaires




  • Une Divinité sournoise a érigé un destin féroce
    Entre mon mélancolique cœur et ma folle envie
    Si je pouvais franchir chaque obstacle et détruire chaque barrière
    Pactiser avec l'infâme pour avoir une heure de toi

    Si la terre s'écroule, brûle je ne veux que toi au dernier moment près de moi
    Si l'amour est d'un angelot le don suscité je veux qu'il me l'acquière
    Que les derniers instants d'affection vécus soient avec toi cette nuit
    Ensuite plus rien ne comptera je pourrai me mourir, affronter Thanatos

    Sur ce chemin mes pas vagabondent à l'aventure
    Je me balade ne pensant qu'à ton corps que j'ai vu nu et si admirable
    Toutes ces chimères m'égarent depuis que je t'ai surprise ainsi
    Tu es l'élément qui me fait vivre et me fera maintenant continuer

    Si seulement de ton côté tu pouvais finalement m'accepter
    Me donner cet espoir que j'attends de partager ta vie
    De ta grâce je suis magnétisé et je me sens trop vulnérable
    En présence de ta beauté me délier il faut peu à peu de cette aventure

     

     

     


    8 commentaires







  • Il te faudra bien de l'audace
    Chère amie pour trouver en ce lieu
    Ce qui se cache au plus profond de moi
    Et que, par un aspect si froid, je dissimule toujours

    Si tu ouvres mon cœur, enfin sous ma carapace
    Tant de ces douceurs il y aura, c'est là mon plus bel enjeu
    D’effets enchanteurs je te donnerai l'émoi
    Tu t'empoisonneras peu à peu de moi chaque jour

    Il te faudra bien suivre le jeu
    Chère amie pour troubler l’être solitaire
    Qui attend de se révéler ton bel amant
    Et que, par le plaisir brûlant, tu enflammeras

    J'enfouirai en toi un venin délicieux
    Qui te fera m'aimer aujourd’hui encore mieux qu'hier
    Tu devineras dans mes attraits séduisants
    Que ta substance à mes désirs fondera

    Il te faudra m’enjôler mieux encore
    Chère amie pour espérer enfin me détacher
    De ce qui me donne la vision d’un certain amour
    Et que, par ma froide apparence je garde en moi

    Etre de magie qui n'est pourtant point Dieu en mon corps
    Je t'apporterai passion et vie dans nos chairs entremêlées
    J’arriverai à apprivoiser nos désirs et enfin réaliser l’amour
    Tel le héros d’une légende racontée d’autrefois

     

     

     

     


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique