•  


     

    Au loin, dans un brouillard tel un rêve qui presque s’efface
    Je vois, un triste et bien pâle amour de mes années passées
    Planant sous d’inconnus songes dans mes moroses peines
    Il atteint des espaces que seul moi je connais et m’y réfugie

    Dans des déserts mélancoliques que je me construis
    Des visions et des ombres me tourmentent dès qu’elles y viennent
    En brûlant mon cœur d’un feu qui dévore ma tranquillité
    Dans tout mon monde mes amours meurent et passent

    Si un seul être vous manque, et tout est dépeuplé
    L’univers de ma tristesse a soufflé de ses grandes voiles
    Sur un léger esquif où voguent mes amours
    Tous abordent mon île et demeurent là pour moi

    De mes passions, j’assume les pleurs et les émois
    Quittant ma terre d’exil où je laisse mes vains détours
    Je m’envole vers l’azur, et en cette nuit d’oubli les étoiles
    Me mèneront où l'espérance et la raison j’approcherai

    Laissez-moi pour un temps m'en aller, je balade
    Mon âme angélique qui s’ouvre à l'éternel désir
    J’espère un triomphe dont l’influent attrait n'a point de mystère
    De fuyants fantômes de mes passions dont le charme s’est envolé

    Des ombres apaisantes qui trop souvent m’ont désenchanté
    Je ne veux plus accueillir la douce promesse de leur émissaire
    Je veux me faire à présent une longue joie festive au lieu d'un prompt délire
    Dans mes pensées passagères persiste l’attente d’une séduisante escalade


     

     


    8 commentaires
  •  

     

    Désormais il te faudra ne plus m'aimer
    Désormais tu te passeras bien de moi
    Désormais il y a une frontière que je fais entre nous
    Désormais je n'ai plus confiance et je pars loin

    Désormais tu n’es plus pour moi qu'une ombre oubliée
    Désormais je veux vers quelqu’un d’autre trouver l’émoi
    Désormais je ne suis plus capable à deux avec toi faire le fou
    Désormais je ne te donnerai plus mon attention et mes soins

    Désormais il te faudra ne plus me voir
    Désormais tu te passeras de ma vie
    Désormais il y a une frontière que je fais pour mon bien
    Désormais je n'ai plus confiance et je pars ailleurs

    Désormais tu n’es plus pour moi qu'un lointain désespoir
    Désormais je veux vers quelqu’un d’autre oublier mes soucis
    Désormais je ne suis plus capable à deux avec toi de faire le lien
    Désormais je ne te donnerai plus mon bonheur

     

     

     

     


    8 commentaires

  •  

    Dans mon cœur se meurt une amère souffrance
    Sur le chemin de ma guérison resplendit une fleur d'espérance

    Dans mes parcours de vie chaotiques et bien trop funèbres
    Des hauts murs naissent et bâtissent des marches contre mes ténèbres

    Sur mon perpétuel et indolent sentier d’ironie
    J’invoque poétiquement ma muse et quelque génie

    Je leur proclame ma volonté de croire et de m’échapper
    Vers un parfait bonheur à la douce évolution ou ce qui s’en approcherait

    Ne plus souffrir des légères et mornes aventures
    Ouvrir mon âme à mon récit, éteindre cette furtive brûlure

     

     

     


    12 commentaires
  •  

     

    Changement de vie
    Je fais un bon tri
    Changement d'avis
    Je sélectionne mes amis
    Changement devis
    Qui me proposera un bon prix ?

    Pas celui qui ose me dire qu’on ne peut rien
    Que tout ne sera pas bon et sans étincelant lendemain
    Pas celui qui reste inhumain dans la nature colorée
    Qui nous enlève les beaux rêves à notre portée
    Qui nous lâche et regarde bien ailleurs lorsque le bateau dérive
    Et ne nous guide pas lorsque nous échouons sur la rive
     
    Changement de vie
    Je pousse un cri
    Changement d'avis
    Mon appel partira-t-il loin d’ici ?
    Changement défi
    Qui me fournira l’accès haut débit ?

    Le ciel de mes beaux jours
    Chasse ces abrutis aux nuages orageux pour toujours
    J’ai besoin d’espoir, d’un refrain mélodieux
    Donnez-moi la rime et je chanterai les Dieux
    Donnez-moi la note pour mieux entonner la chansonnette
    Si un seul me laisse remuer la maisonnette
    Un seul qui peut donner la force aux endormis
    Chasser au cocorico matinal tous les tons noirs et gris

    Changement de vie
    Je fais du bruit
    Changement d'avis
    Je sélectionne mes ennuis
    Changement d’abri
    Ou irai-je dormir cette nuit ?

    Changement de vie
    Je sais qui je suis
    Changement d'avis
    Je détruis tout ce qui m’assombrit
    Changement débris
    A la poubelle ces périls qui m’ont suivi

     

     

     


    11 commentaires
  •  




    La petite grenouille est morte ce dimanche après midi
    La petite grenouille a été suicidée par l'ignominie
    Une bête sournoise, méchante l'attendait à l'orée du bois
    Pour de sa carcasse s'abreuver dans l'allégresse de sa victorieuse joie

    La petite grenouille innocente sautait de nénuphar en nénuphar
    Sans se soucier qu'on pouvait ainsi l'assassiner dans sa mare
    Dans le journal, la nouvelle attriste parmi de plaisantes images
    Parmi les articles à divertir tout se tait ce dimanche tout est si sage

    La mort de la petite grenouille vient de porter le glas
    Et il n'y aura plus jamais de joie dans son pays d'éclat
    La mort de la petite grenouille fait tout disparaître
    Du charme de cette nature et de tout son être

    La petite grenouille gentille et toute aimante même avec l'immonde
    N'en veut point a son exécuteur, elle ne le juge pas comme il l'a fait
    Le maître de justice qui voit et sait tout de son monde
    Lui seul décidera divinement de sa part d'éternité

    La petite grenouille est morte ce dimanche après midi
    Sans rien demander elle s'est laissée dériver sans un cri
    Son existence joyeuse l'a quitté, doucement elle est partie
    Ayez une petite pensée, elle vous sourira de son paradis

     

     

     

     


    13 commentaires
  •  




    Pars et va découvrir l'ailleurs, ô toi qui fus toute mon existence
    Va visiter et parcourir d'autres lieux, toi qui fus mon innocence
    Et tombe des nues en suivant toujours le cours de la vie
    Explore intensément toutes ses belles harmonies

    Pars et va découvrir l'ailleurs, ô toi qui fus tout de mon paradis
    Va visiter et parcourir d'autres lieux, toi qui fus mon unique amie
    Telle une aride pluie qui lave tout a son arrivée
    Un rayon de soleil qui illumine et souffle sa chaleur à mes cotés

    Pars et va découvrir l'ailleurs, ô toi qui fus tout de mon âme
    Va visiter et parcourir d'autres lieux, toi qui fus ma douce flamme
    Brûle en d'autres endroits, si au loin tu quittes mon corps
    Donne moi le meilleur de toi une heure encore

    Pars et va découvrir l'ailleurs, ô toi qui fus toujours à moi
    Va visiter et parcourir d'autres lieux, toi qui fus ma voie
    Et repense a tous les bienfaits offerts à ma petite tragi-comédie
    Souviens-toi des belles années, des belles harmonies

     

     

     

     

     


    10 commentaires
  •  

     

    Des pages blanches, quand j’écris et ne trouve l'inspiration
    Des pages noires de mes délires d’écrivain sans traits ou vraies couleurs
    Des pages enfin colorées d'amour, de tristes allégories qui viennent et se meurent
    Sur un papier laissé là d'un simple reflet de ma création

    L'auteur fait sa besogne par ses écrits sages ou pleins d'exaltations
    Vraie preuve qu'il y est passé et se jouant de la moindre douleur
    A couché sur son ouvrage d'inquiétantes bluettes ou de grands bonheurs
    Un pain quotidien pour le peuple dévoué a sa littéraire imagination

    Quelles causes dévoilées entretiennent les auteurs ?
    Des milliers d'apparats qui s'envoleront au vent d'ailleurs
    Des journées ou soirées passées à lire, feuilleter en joies épaisses

    L’œuvre qui s’étale enfin a vos yeux pleins de lueurs
    D'impatience fébrile pour acquérir la matière et ses pièces
    Je vous offre cocasseries et drames en mes œuvres lâchées, chers admirateurs

     

     

     


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique