• Richesse de cœur est ta vie
    Richesse du pauvre est une autre abondance
    Richesse des humbles est trop bien cachée
    Richesse de ce monde n'est pas d'ici bas

    Pauvreté n'est qu'un répit
    Pauvreté n'est qu'humaine apparence
    Pauvreté est trop souvent abandonnée
    Pauvreté est ton dieu quand tu ne sais pas

    Richesse en son cœur n’est plus un souci
    Richesse des pauvres quand d’autres dansent
    Richesse qui est un point, un trait
    Richesse de ce monde qui vit son Nirvana

    Pauvreté peux-tu encore offrir l’oubli ?
    Pauvreté n’es-tu qu’un effet de l’ignorance ?
    Pauvreté si souvent déclarée
    Pauvreté ton dieu pleure quand tu ne vas pas

     

     

     


    7 commentaires
  •  

     

     

    Qu'il est triste ce petit monde où nous vivons
    Nous, humains ne pensant qu’à gloire et puissance.
    Toujours se croire au-dessus de ses congénères
    De tels rêves sont si beaux mais trop souvent mauvais.
     

    Bien des humains perpétuent le mal, ils en font leur patron
    Ce petit vice qui détruit, gère d'autrui la pensée, l'existence.
    Loin de nous est alors le jardin que notre père
    Espérait ouvrir sur notre terre à jamais
     

    S'il y a encore du bon qui réside en nous
    S'il prête à refaire l'Eden de notre autrefois
    Si l'on change et devient ce vrai humain
    Enfin l'Amour Divin reviendra pour qu'alors ...


    Poussent les fleurs même écrasées par de vils fous,
    Pour que tout interdit, tout mal s’abolisse d'une seule et vraie foi.
    Dans notre monde qui peu à peu mène sa fin
    Tous nous n’aurons qu’un seul juge : La Terrible Mort


    Une fois parti pour un ailleurs, pour un néant
    Personne ne sait ce qu'il en adviendra
    Petits sots malfaisants qui ne vivent pour rien
    Enfants de Kabbale, vils trompeurs saltimbanques
     

    Vous qui ne pensez qu'a bien exister du présent
    Si la Mort un modeste cadeau vous apportera
    Elle vous fera volontiers découvrir enfin
    Qu’aucune trace de vous sera, lettres qui manquent.

     

     

     

     

     


    11 commentaires
  •  





    A petits pas
    Je laisse les tracas
    A petits pas
    Je quitte le brouhaha
    A petits pas
    Je ne suis plus là
    A petits pas
    J’atteins mon Nirvana

    Je marche et je vais
    Je fuis ce qui m’a abimé
    Cette piste rare est enchantée
    Ce sentier me plait déjà où j’irai

    A petits pas
    Je parcours cette toundra
    A petits pas
    Je me fixe un secret agenda
    A petits pas
    Je prends ma vie nouvelle, alléluia
    A petits pas
    Je ne veux plus de tous ces blablablas

    Je parcours l’espace de ces hauts lieux
    A mes maux d’antan, je dis adieu
    Ce qui détruit je l’emporte loin de mes yeux
    Je me réjouis à entendre des airs mélodieux

    A grands pas
    Je commence à faire de larges pas
    A grands pas
    Je décide de partir, de fuir loin de tout ça
    A grands pas
    Je flânerai sur une Symphonie ou un bel Opéra
    A grands pas
    Je promènerai sur ma vie une brave œuvre qui me comblera




     

     


    8 commentaires
  •  


     

    Au loin, dans un brouillard tel un rêve qui presque s’efface
    Je vois, un triste et bien pâle amour de mes années passées
    Planant sous d’inconnus songes dans mes moroses peines
    Il atteint des espaces que seul moi je connais et m’y réfugie

    Dans des déserts mélancoliques que je me construis
    Des visions et des ombres me tourmentent dès qu’elles y viennent
    En brûlant mon cœur d’un feu qui dévore ma tranquillité
    Dans tout mon monde mes amours meurent et passent

    Si un seul être vous manque, et tout est dépeuplé
    L’univers de ma tristesse a soufflé de ses grandes voiles
    Sur un léger esquif où voguent mes amours
    Tous abordent mon île et demeurent là pour moi

    De mes passions, j’assume les pleurs et les émois
    Quittant ma terre d’exil où je laisse mes vains détours
    Je m’envole vers l’azur, et en cette nuit d’oubli les étoiles
    Me mèneront où l'espérance et la raison j’approcherai

    Laissez-moi pour un temps m'en aller, je balade
    Mon âme angélique qui s’ouvre à l'éternel désir
    J’espère un triomphe dont l’influent attrait n'a point de mystère
    De fuyants fantômes de mes passions dont le charme s’est envolé

    Des ombres apaisantes qui trop souvent m’ont désenchanté
    Je ne veux plus accueillir la douce promesse de leur émissaire
    Je veux me faire à présent une longue joie festive au lieu d'un prompt délire
    Dans mes pensées passagères persiste l’attente d’une séduisante escalade


     

     


    8 commentaires
  •  

     

    Désormais il te faudra ne plus m'aimer
    Désormais tu te passeras bien de moi
    Désormais il y a une frontière que je fais entre nous
    Désormais je n'ai plus confiance et je pars loin

    Désormais tu n’es plus pour moi qu'une ombre oubliée
    Désormais je veux vers quelqu’un d’autre trouver l’émoi
    Désormais je ne suis plus capable à deux avec toi faire le fou
    Désormais je ne te donnerai plus mon attention et mes soins

    Désormais il te faudra ne plus me voir
    Désormais tu te passeras de ma vie
    Désormais il y a une frontière que je fais pour mon bien
    Désormais je n'ai plus confiance et je pars ailleurs

    Désormais tu n’es plus pour moi qu'un lointain désespoir
    Désormais je veux vers quelqu’un d’autre oublier mes soucis
    Désormais je ne suis plus capable à deux avec toi de faire le lien
    Désormais je ne te donnerai plus mon bonheur

     

     

     

     


    8 commentaires

  •  

    Dans mon cœur se meurt une amère souffrance
    Sur le chemin de ma guérison resplendit une fleur d'espérance

    Dans mes parcours de vie chaotiques et bien trop funèbres
    Des hauts murs naissent et bâtissent des marches contre mes ténèbres

    Sur mon perpétuel et indolent sentier d’ironie
    J’invoque poétiquement ma muse et quelque génie

    Je leur proclame ma volonté de croire et de m’échapper
    Vers un parfait bonheur à la douce évolution ou ce qui s’en approcherait

    Ne plus souffrir des légères et mornes aventures
    Ouvrir mon âme à mon récit, éteindre cette furtive brûlure

     

     

     


    12 commentaires
  •  

     

    Changement de vie
    Je fais un bon tri
    Changement d'avis
    Je sélectionne mes amis
    Changement devis
    Qui me proposera un bon prix ?

    Pas celui qui ose me dire qu’on ne peut rien
    Que tout ne sera pas bon et sans étincelant lendemain
    Pas celui qui reste inhumain dans la nature colorée
    Qui nous enlève les beaux rêves à notre portée
    Qui nous lâche et regarde bien ailleurs lorsque le bateau dérive
    Et ne nous guide pas lorsque nous échouons sur la rive
     
    Changement de vie
    Je pousse un cri
    Changement d'avis
    Mon appel partira-t-il loin d’ici ?
    Changement défi
    Qui me fournira l’accès haut débit ?

    Le ciel de mes beaux jours
    Chasse ces abrutis aux nuages orageux pour toujours
    J’ai besoin d’espoir, d’un refrain mélodieux
    Donnez-moi la rime et je chanterai les Dieux
    Donnez-moi la note pour mieux entonner la chansonnette
    Si un seul me laisse remuer la maisonnette
    Un seul qui peut donner la force aux endormis
    Chasser au cocorico matinal tous les tons noirs et gris

    Changement de vie
    Je fais du bruit
    Changement d'avis
    Je sélectionne mes ennuis
    Changement d’abri
    Ou irai-je dormir cette nuit ?

    Changement de vie
    Je sais qui je suis
    Changement d'avis
    Je détruis tout ce qui m’assombrit
    Changement débris
    A la poubelle ces périls qui m’ont suivi

     

     

     


    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique